La forêt est un écosystème naturel complexe, qui évolue et se modifie naturellement selon le stade de développement des arbres. Elle possède des fonctions multiples aux enjeux stratégiques pour le territoire SUDOE (filière économique, biodiversité, stockage carbone, accueil du public). Les évolutions climatiques, actuelles et futures, qui rendent les forêts de plus en plus vulnérables aux épisodes de sècheresse, complexifient un stade clé de la vie de la forêt : son renouvellement. La sècheresse, ajoutée à une pression sociale croissante accentue aussi le risque incendie qui vient perturber cette étape primordiale.

Au-delà des frontières administratives, les écosystèmes forestiers de l’espace SUDOE font donc face au défi commun d’aborder le processus de régénération dans le contexte doublement contraint des feux de forêt et des épisodes répétés de sècheresse. Le non renouvellement des forêts pourrait affecter une part significative des massifs présents sur le territoire. Le projet ForManRisk, vise donc à apporter des solutions opérationnelles et mutualisables dans l’espace SUDOE pour une meilleure gestion d’une phase clé de la vie des forêts : la régénération.

Dans une perspective transnationale, le projet organisera des événements de formation et d’échanges d’expériences et développera des outils de  gestion modernes et partagés. La mise en place d’un réseau de forêts pilotes et de chantiers «démonstrateurs» sur le territoire SUDOE constitue un axe fort du projet. Il permet d’expérimenter de nouvelles techniques de régénération et de gestion du risque tout en optimisant la sensibilisation territoriale des acteurs et en catalysant la démultiplication des nouvelles normes de gestion sur l’espace de collaboration.

Objectifs/enjeux :

Les évolutions climatiques reconnues ont intensifié les épisodes à risque (incendie) tout en accentuant la demande sociale en forêt. Le territoire doit donc faire face à de nouveaux défis :

1)          Anticiper les effets du changement climatique en proposant une gestion forestière adéquate.

2)         Adapter et renforcer les dispositifs de prévention, de défense et de planification du risque incendie

Il nous semble opportun d’impulser une dynamique interrégionale afin de mutualiser les savoir-faire pour :

–          Améliorer, dans l’espace SUDOE, les techniques de gestion forestière durable pour les forêts présentant des problèmes de régénération liés au changement climatique.

–          Développer des outils permettant une meilleure prévention du risque incendie en optimisant notamment la coordination et l’efficacité des opérations.

–          Communiquer afin de sensibiliser et impliquer les acteurs institutionnels et la population civile sur les risques naturels.


ForManRisk a été cofinancé à 75% par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) dans le cadre du programme Interreg V-B Europe Sud-occidentale (SUDOE 2014-2020).
Il est piloté par l’ONF (chef de file de l’opération), un des 9 partenaires répartis dans 9 régions de l’Espagne, du Portugal et de France.
Le projet a une durée de 36 mois et dispose d’un financement de 1,5 millions d’euros.

Enjeux géographique / pourquoi un projet transnational ?

Il est important de préciser que cette coopération transnationale est une véritable opportunité pour expérimenter des techniques de gestion, le long d’un gradient «Nord/Sud», qui permettent de contextualiser et de se projeter dans les évolutions climatiques territoriales à venir. Par exemple nous pouvons soulever l’hypothèse que le climat rencontré au Portugal ou dans le sud de l’Espagne est sans doute très proche de celui de l’Aquitaine dans 30 ou 50 ans.  Il est impossible de réaliser ce type de projet à l’échelle d’une région ou d’un Pays. Enfin, les expérimentations permettront de profiter des modèles biogéographiques préfigurateurs des forêts de la zone SUDOE et de leurs évolutions spatiales.

Méthode de travail :

Le projet vise à améliorer les techniques appliquées à la régénération des zones forestières de l’espace SUDOE et à la prévention des incendies, à travers l’anticipation des mécanismes, les interactions avec les usages et le transfert de connaissances spécifiques. Tout ceci en ayant comme objectif une gestion multifonctionnelle équilibrée de la forêt sur le territoire transnational.

Les principaux aspects innovants sont:

•          Travailler collectivement sur une phase clé des systèmes forestiers, largement sous-étudiée : la régénération (plantules) et le stress hydrique.

•          Associer recherche fondamentale (analyse des potentiels hydriques des jeunes pousses) et gestion opérationnelle afin de trouver des solutions adaptées aux territoires et directement utilisables par la profession.

•          Travailler, à l’échelle SUDOE, sur un échantillon représentatif de massifs forestiers les plus sensibles aux impacts du changement climatique.

•          Mutualiser les compétences et savoir-faire afin de créer des modèles de gestion forestière permettant d’obtenir des conditions optimales pour la phase de régénération, en tenant compte du contexte des changements climatiques et leurs risques dans les scénarios décrits: les forêts de pins dans les sols des dunes (Pin Maritime(Pinus pinaster) et Pin Parasol (Pinus pinea), les forêts de Pin noir (Pinus nigra) de la montagne méditerranéenne, ou les forêts de Pin maritime et Pin sylvestre ( Pinus sylvestris) de l’intérieur.

•          Intégrer la notion de risque dans la gestion forestière au quotidien et ceci, dans une logique préventive (débroussaillement, choix des essences, combustibilité, défendabilité du massif, problème d’érosion des sols, etc…).

•          Développer des outils en ligne permettant de gérer le risque incendie par la planification des actes de gestion préventifs, tout en améliorant la coordination et l’efficacité des opérations.

•          Communiquer afin de sensibiliser et d’impliquer les acteurs institutionnels et la population civile sur les risques naturels.